Comment New York est devenue la capitale mondiale de l'huître ?

Pendant quelques générations, au moins !

UN MILLION : C’est le nombre d'huîtres que les New-Yorkais mangeaient, chaque jour, à l'apogée des mollusques au 19ème siècle. C'est une quantité de bivalves plutôt époustouflante, mais les chiffres s'additionnent une fois que vous vous plongez dans la longue et fructueuse histoire de New York avec ce coquillage particulier.

Des archéologues ont découvert des remparts dans la zone portuaire de New York, d’anciens tas de coquillages datant de 6950 av. JC. 

Les huîtres ont prospéré pendant des millénaires dans les eaux saumâtres autour du port de New York, gardant l'estuaire propre grâce à leurs capacités de filtration naturelles. Lorsque Henry Hudson est arrivé en 1609, il y avait des récifs d'huîtres dans ce qui est aujourd'hui la zone métropolitaine de New York. Les colons européens n'ont pas perdu de temps pour transformer cette ressource naturelle en une industrie puissante.

Au 18e siècle, les immigrants de ce qui était alors connu sous le nom de New Amsterdam appelaient respectivement les îles Ellis et Liberty «Little Oyster Island» et «Great Oyster Island».

«Les meilleures huîtres du monde dans ce qui était devenu incontestablement le plus grand port du monde ont fait de New York, pendant un siècle entier, la capitale mondiale de l'huître. »

Des millions de coquilles d’huîtres ont été produites par les New-Yorkais durant ces années de forte consommation. Ces coquilles ont même été utilisés pour paver des routes, et ont également servi lors de la construction de la flèche de la Trinity Church de New York.

Il n’a pas fallu longtemps aux New-Yorkais pour associer leur amour des huîtres avec leur amour de la bière; le mollusque est devenu une collation commune dans les tavernes et les salons de la ville. Malheureusement, même si les New-Yorkais aimaient manger et vendre des huîtres, ils ne l'ont pas fait de manière aussi durable. La surexploitation, l’extension de la ville et un manque de gestion des déchets ont contribué à l’épuisement des parcs à huîtres autrefois abondants de la région.

En 1927, le dernier des parcs à huîtres de New York fut officiellement fermé. Les huîtres de New York étaient devenues trop polluées pour être mangées.

L’adoption de la Clean Water Act en 1972 a quelque peu aidé, mais New York a encore du chemin à parcourir avant que les huîtres urbaines soient à nouveau en sécurité. En 2014, un projet appelé Billion Oyster Project a été lancé dans le but à long terme d'ajouter un milliard d'huîtres vivantes au port de New York pour réparer son écosystème d'ici 2035. 

Étant donné qu'une seule huître peut filtrer 100 à 400 litres d'eau par jour, Il y a encore de l'espoir pour que la ville de New York retrouve sa réputation bien méritée de capitale mondiale des huîtres.

1 de 2